Drôle de CV, comment j'ai bossé dans l'informatique...

Publié le par Mahie

1984 année du bac, je commence la fac d'Espagnol de Bordeaux, c'est la vie d'étudiante, la fiesta. J'écris des nouvelles et je dessine.

1988 je m'installe à Madrid où je donne des cours de français dans de grosses boites genre Cap Gémini, ou Repsol... C'est encore la movida, c'est le pied. Je dessine, j'écris, c'est romantique et artistique.

1992 je sais pas pourquoi, soudain je travaille à l'Alliance Française de Dublin.

1993 chômage  = une année de formation à l'informatique

1994 je donne encore des cours de français à des étrangers dans une boîte de langues à Bordeaux

1996 y'en a marre : je passe ma licence d'espagnol et de documentation, je vais faire documentaliste de choc dans l'informatique!

1998 je finis ma maîtrise de doc.

Là, patatra. Je repars à Dublin la mort dans l'âme, je parle anglais comme une vache espagnole. Ma maîtrise ne me sert à rien, mon beau projet tombe à l'eau. Je bosse dans une méchante banque qui fait de méchantes cartes de crédit et j'appelle des gens qui sont en train de fêter l'anniversaire de leurs fils pour leur annoncer qu'ils sont désormais "interdit bancaire". Je le fais en français et en espagnol. Je vomie ce job. Quelques mois après, Compaq me recrute pour bosser chez Microbidule : J'ai fait une formation en informatique? Excellent! Je vais être la première française à la Hotline-Compaq pour les employés de Microsoft à Paris, pour les aider à se bagarrer avec leur "computer"! J'apprends vite, comme on dit, les débuts sont stressants mais j'y arrive, avec l'aide de mes "team leaders" et je forme tous les nouveaux arrivants à la hotline française.

Je fais quoi? J'aide les gens à configurer leur Outlook, à retrouver des fichiers perdus sur des serveurs, je débloque leurs ordis quand ils ne se rappellent plus de leur mot de passe. Je les fais migrer sous les nouvelles versions sans douleurs. On m'envoie dans plein de formations Microchose. Je suis spécialiste du réseau Microbidule France des Ulis!

2001 faut pas déconner qu'est-ce que je fous là? Je rentre en France, à Paris.

La boite qui place les techniciens pour réparer "en vrai" les ordis des employés de Microtruc  se dit que ça serait une bonne idée de m'employer et de me jeter dans la cage aux fauves.  Moi je sais que réparer un ordi avec un tourne-visses c'est pas tout à fait pareil que de faire sa fiérote au téléphone, mais j'y vais. Je passe ma certif W2K, ouf, je l'ai. En quelques semaines, je te dépiaute un portable les yeux fermés et grâce à mon gourou, Ravi, je fais de gros progrès et même parfois je suis fière de moi. Dans les open-spaces, ils ont jamais vu une fille arriver avec son chariot, sortir un PC tout neuf de son carton avec son 17 pouces qui pèse du plomb, se mettre à 4 pattes pour brancher les prises réseaux et configurer "la machine" de A à Z comme si elle avait même pas peur.

En général j'ai un peu des sueurs froides, mais j'y arrive toujours, je survie. 18 mois plus tard ma boite perd son contrat avec Micromachin et m'envoie faire de la hotline pour une banque très connue et super ringarde. Je passe chef d'équipe. Je travaille avec des messieurs en cravate et je leur tiens tête dans des réunions interminables, je protège mon équipe, je la défends bec et ongles.

Parce que mon chef il a bien vu quand il m'a nommé sous-chef que c'étaient pas les zozos en chemises bleue ciel ou rose qui allaient m'impressionner avec leur petite cravate toute moche.  Je suis tenace et je mène ma petite équipe comme il faut.  Et puis comme les sur-chefs passent leur vie à négocier des contrats en hauts lieux,  je me retrouve à la maison-mère ou on me met au "dispatch". Le dispatch c'est à la fois très con et très subtile. T'es le chef d’une équipe de techs qui arrive le matin, ils ont chacun leur petite voiture, et toi tu les envoies au 4 coins de l'ouest de l'Ile de France pour réparer des serveurs dans pleins de grosses boîtes très riches, très sérieuses et qui rigolent pas du tout parce qu'ils ont signé des contrats pour être dépanné dans les 2h ou dans les 4 h ou dans les 24h. Toi non plus ça te fait pas rigoler parce que t'as pas assez de mecs pour respecter les délais et que ton chef il s'en fout... Alors toi tu gères tes mecs, tu les as tout le temps au téléphone pour leur dire où ils vont et en même temps t'as les boîtes qui te harcèlent parce que t'es pas dans les temps. On pourrait croire que c'est comme dispatcher des taxis hein, ben pas du tout, parce que t'as carrément intérêt à comprendre de quoi on te parle, parce que mine de rien faut que ça pulse et  que l'informatique c'est comme une langue étrangère si tu veux parler vite, vaut mieux être "fluent". Argh. Si t'as le responsable informatique de la Samaritaine en ligne et que tu captes que des grillons, tu vas pas pouvoir faire le job très longtemps. Et puis je vous parle pas des bases de données en tous genre qu'il faut renseigner plus vite que ton ombre si tu veux pas te faire tuer par le chef de la fille qui travaille chez HP  en sous-traitance chez Armani ou par ton chef qui vient de recevoir un coup de fil du commercial qui a signé le contrat avec la boîte qui attend un de tes gars depuis hier. Oui mais des gars t'en as plus, vu que ton chef t'as ordonné hier de tous les balancer à la Banque Machin ! Oui il avait oublié, bon je te rappelle.

Entre temps mon fils est né et j'en eu ai marre de le récupérer à 19h chez une nounou que je trouve de plus en plus glauque, parce que j'ai attendu le RER 1h aux Grésillons.

Je dis à mon chef que le « dispatch» et les Grésillons : j'en ai marre. Il me dit : pas de problème, et si tu passais responsable de secteur? Comme ça tu ferais tes horaires comme tu veux... T'aurais une augmentation. Tu pourrais commencer à dix heures, tu gérerais…Par contre le jour ou "le client" te pose un rdv à 18H et que tu dois y rester jusqu'à 21h... Je refuse la mission. Licenciement éco.

Je récupère mon joli bébé, je l'enlève à la vilaine sorcière.

Alors maintenant quand on me demande quel boulot je vais chercher quand je vais m'être installée à Pau, ben je sais pas trop dire. Parce que depuis la fac, je sais pas comment je me suis retrouvé à parler clusters avec des mecs en costards. J'ai du raté un virage. Une chose est sûre : je retourne pas là-dedans! Raconté tout ça, ça m'a sacrément donné envie de fumer. Mince, je fume plus.

 

Publié dans Mahie

Commenter cet article

grandmamie 10/05/2007 16:52

c'est drôle ton post, c'est un peu le genre de travail que je donne à mes clients lorsqu'ils veulent changer leur vie, ou faire le point. En fait, tu sais, laisses tomber les angoisses, car la vie nous apporte ce qui est bon pour nous au bon moment, il suffit d'être attentif à ce qui nous entoure. J'aime bien l'idée que tu as eu de laisser le job pour le petit, ma fille a fait la même chose, elle tente de créer un job chez elle, mais elle ne regrette pas un seul instant le choix. A Pau, tu trouveras la suite de ta vie. Je m'explique : j'ai 60ans et ma vie professionnelle a été jalonnée d'évènements qui m'ont amenés ou je suis aujourd'hui. Autodidacte par essence, juste un diplome d'infirmière en poche, je me retrouve aujourd'hui "coach" auprès de "grands"(?) patrons et de salariés aussi, simples collaborateurs, mais riches de tant d'espoirs. Lorsque je note les "jalons" qui m'ont amenés là, je suis toujours étonnée. Soit juste à l'écoute de ce  qui vient à toi. Tu seras surprise un jour de te retourner et de dire : ouahhhhh j'ai fait tout ca moi? Bon courage

Mahie 10/05/2007 20:21

C'est que j'en ai bien besoin de faire le point :-D va bien falloir que je me remette à gagner des sous à un moment ou un autre... Et c'est vrai que ça aide, un peu, d'expliquer son parcours. Ton parcours a l'air rigolo aussi!  Je me demande bien qu'elle voie je prendre maintenant! Mystère... 

Jennifer 28/04/2007 11:29

Je ne sais pas du tout de quoi j'ai révé cette nuit mais ça devais pas être très drôle parce que je me suis réveillé dans un sale état, j'ai fait snif snif je ne sais pas combien de tempp à balisé sur mon futur à moyen terme allongée sur mon lit. Donc ta note m'a fait du bien...  Bref, j'ai halluciné : ça ne fais même pas 10ans que tu as ton master !?!
Sinon, pourquoi tu ne ferait pas bibliothécaire ou un truc dans le genre. A part ranger les bouuquins dois y avoir des "trucs" sympa comme : amener la litérature dans les milieus (j'avais lu un bouquins comme ça) les plus défavorisés ou raconter des contes nan ?

En tout cas, je pense que tu feraos bien de faire un "truc" qui te plait vraiment parce qu'on dirait que tout ce que t'as fait c'était que pour vivre mais pas vraiment pour réver de ton boulot tout les nuits (ou alors pas par plaisir). M'enfin je me trompe peut étre mais en tout cas tu es sacrément "balése".

Mahie 28/04/2007 12:48

J'espère que tu vas mieux et que tu as du soleil sur Nancy. Ah je vois que j'aurais du inclure dans ce "drôle de CV" que j'ai raté tous les concours de bibliothécaires que j'ai tenté! J'en ai passé plein, de divers niveaux, en 1985, en 1988, en 1996, en 2006...http://mahie.over-blog.com/article-1335689.htmlhttp://mahie.over-blog.com/article-1878173.html

Candy Froggie 27/04/2007 22:54

pas mal de poser tout à plat, comme ça, non? C'est courageux de se replonger dans tout ça le temps d'un billet... et super intéressant pour nous!

j'avais des raisons d'être impressionnée, ouaip!
C'est rigolo, en ce moment je vis une coupure/rupture professionnelle, un peu comme toi. Aucune idée de ce que l'avenir me réserve, mais je suis zen, beaucoup plus zen qu'avant :)

Mahie 28/04/2007 12:31

Bah non faut pas être impressionnée. C'est un parcours atypique certes. Mais bon, j'aurais préféré qu'il soit plus cohérent. Je ne regrette rien, mais ça facilite pas mon retour au monde du travail :-)Tu peux faire ton "Drôle CV" sur ton blog aussi ;-)