Parigots : têtes de veaux

Publié le par Mahie

Dr Caso nous demande quel est le plus bel endroit sur terre que nous ayons jamais visité... Le plus bel endroit, c'est forcément un endroit un peu idéalisé, un peu rêvé, un peu fantasmé, un peu perdu dans la mémoire.
Le plus bel endroit où j'ai jamais été se trouve dans le passé. C'est l'île de Ré de la fin des années 60'. J'ai 3 ans et il n'y pas de pont, seulement un bac. Je me rappelle très bien des Portes de l'été 1968. J'ai bonne mémoire. Le magasin ou mon père m'achète un petit porte monaie rose avec un papillon dessus. L'odeur du pain dans la rue le matin. L'impasse du Paradis. Je dors avec mes frères. Je ne veux pas qu'on touche à ma tête, à mes cheveux. En fait je ne me rappelle pas de grand chose. Ce sont des flash : je me lève la nuit pour aller dans la chambre de mes parents. J'ai le souvenir de cette maison la nuit, alors que je ne me rappelle pas de cette maison le jour.
Il n'y a pas l'eau courante sur l'île. Aucune célébrité. Des rochelais et des rétais. On accède aux plages par des chemins de sable.
L'île de Ré de mon enfance a des dunes dans lesquelles on roule en boule en riant. Des dunes avec de vieilles vignes qui poussent dedans. On est pas très nombreux à marcher dessus. Des fleurs sauvages qui n'existent plus. L'île est secrète, vivante, authentique. Petites routes. Petites maisons...  Petit commerces.
Il y avait aussi les marais salants. On roulait au milieu pour atteindre le bout de l'île. Les pyramides de sel. Et encore quelques ânes-culottes. Tout fout le camp. C'était mieux avant. Pour tout le monde, même pour les nonagénaires. Ca a toujours été mieux avant. Et c'est pas prêt de changer.
L'île parait-il, a été préservée. C'est même pas vrai. "Ils" en ont fait un truc tout à fait différent.
Parisiens : têtes de chiens! Parigots : têtes de vaux! Et c'est pas prêt de changer.

Autrement le plus bel endroit sur terre c'est évidement La Rochelle. Pas vrai La Rachouile? Bon ok il ya aussi le Donégal. Ils ont de la chance que ça soit pas aussi beau que l'île de Ré, sont pas prêts de voir leurs bleds colonisés, eux!
rochelle-ane-culotte.JPGNB : il ya aussi les jardins de l'Alhambra,
la Croatie, la  Drôme, la Castille, la Grèce, la Catalogne...  Le marais poitevin et last but not least :  Saint-Jean-de Luz!

Publié dans Mahie

Commenter cet article

Cristophe 08/07/2012 08:47

Ah ceux qui déclarent "préserver, conserver l'authenticité" ! Ils puent !

Xiane 25/08/2009 14:47

L'ile de Ré, j'y vais depuis toute petite ! ça fait pas mal de lunes… Maintenant ce sont mes enfants et petits-enfants qui viennent m'y voir. Je n'y vis pas mais j'y viens 4 ou 5 fois par an et notamment tout l'été. J'occupe toujours la maison que ma grand-mère a fait construire. Je la partage avec ma sœur et mon frère. C'est la maison de famille, le lieu où l'on se retrouve.
Tout à la fin des années 40… juste après la guerre ! ma grand-mère et sa sœur ont acheté un bout de terrain (un terrain vague)… personne ne venait sur l'ile de Ré à l'époque, c'était le bout du monde ! Elles ont fait construire ce qui était comme un immense hangar, qu'elles ont séparé et aménagé chacune à sa façon ! Il y avait une grande pièce en bas et le grenier en haut… les WC dans la cour (mais même ça c'est bien après… avant on se débrouillait !), pas d'eau courante (le puits avec la corde et le seau… et des muscles) puis il y a eu une pompe sur l'évier… et maintenant tout le confort ! et les touristes… bref, ceci est un autre sujet…
Donc cette maison était la maison de famille où l'on se retrouvait, toutes générations confondues. Nous les enfants dormions dans le grenier, sur des paillasses rudimentaires qui crissaient à chaque mouvement ! Ces paillasses, nous allions les remplir chaque année au moment des moissons, au "champ de battage" derrière la maison. on récupérait le son qui restait après battage du blé. Quelquefois, il y avait des petites bêtes… on se retrouvait le matin avec d'horribles morsures sur tout le corps… la grand-mère nous mettait un peu de vinaigre qui nous faisait hurler et basta !
La plage était un régal ! comme dit Mahie, les dunes avec les vignes et ces plantes qui effectivement ont disparu (heureusement qu'il reste encore les "minou guili")… je ne connais pas leur vrai nom, mais mes petits enfants les connaissent encore sous ce nom !
On allait au Bois Henri IV juste après La Couarde et en vélo jusqu'à Trousse Chemise. Plus grands nous y allions pique niquer avec la deuch' qu'on garait dans le bois, on sortait les sièges de la 2cv et on courait se baigner dans l'anse de Trousse Chemise… maintenant quel massacre ! tout est grillagé, cloturé, canalisé… je n'y retourne plus !
Nous c'est Le Bois… maintenant baptisé "Le Bois Plage"… nous avons aussi La Couarde sur Mer, Rivedoux Plage, tourisme oblige… Il y avait le boucher (Faucher) qui élevait ses bêtes dans les prés salés, le boulanger Mariaud qui faisait vraiment son pain ! Bien sûr, aussi du temps du bac, c'était un peu la galère… les heures d'attente quand on ne visait pas bien. Si on arrivait trop tard le soir, plus de bac jusqu'au lendemain matin, ou alors le premier bac vers 5 ou 6h, le "bac des hydrocarbures" qui passait les transports "dangereux"… "à vos risques et périls", qu'ils disaient ! nous l'avons pris souvent.
On allait à pied en famille jusqu'au village d'à côté, La Couarde ou Saint-Martin. On voyait les "bagnards" travailler dans les champs ou au bord des routes avec des gardes armés qui les surveillaient. On passait devant le pénitencier et il suffisait qu'on s'arrête devant la porte d'entrée ou qu'on fasse mine de s'approcher du mur d'enceinte pour que le garde dans son mirador nous siffle et nous menace, mitraillette à la main… quel plaisir de se faire mousser devant nos visiteurs "parisiens tête de chien…" qui n'en revenaient pas ! ceci dit, moi aussi j'habitais la région parisienne à l'époque ! Les bagnards s'évadaient parfois. Il y avait une sirène spéciale que l'on reconnaissait, ça alimentait les conversations pendant un bon moment. Une fois évadés, le problème pour eux était de passer sur le continent. Ils étaient souvent repris avant ! Je me souviens d'un évdé qui avait violé une vieille paysanne de 80 ans qui travaillait dans son champ ! no comment !
Il y avait aussi le tambour qui passait donner les nouvelles locales. Nous enfants, courions jusqu'au coin de la rue et répétions ce que nous avions entendu… ou cru entendre ! Il arrivait toujours en vélo avec son tambour en bandoulière, il attendait un peu que les badauds arrivent et annonçait le cirque de passage, LA scéance hebdomadaire de cinéma, l'horaire des marées, etc. et terminait toujours par la "pub"… "Ya d'la sardine sans sel chez Maâme Tuyau".
Ah le cinéma, c'était quelque chose ! Les scéances avaient lieu dans la salle communale, qui était aussi marché couvert le matin… parfois ça sentait encore le poisson. Nous y allions en bande quel que soit le film, de toute façon, le spectacle était dans la salle. Je me souviens d'une scéance où on passait une espèce d'opérette "Rose-Marie" kitch à souhait… Il y avait avant le film un documentaire, cette fois sur les trains. Tout le monde s'est levé et on a commencé à tourner dans la salle en imitant le train (à vapeur). Les rangées de sièges n'étaient pas fixées au sol, quand on chahutait un peu trop ou si quelqu'un se balançait, toute la rangée basculait, entrainant généralement la ou les rangées derrière !
Nostalgie, nostalgie… je crois que je pourrais en parler pendant des pages de mon île…

Mahie 25/08/2009 21:20


Merci 1000 et une fois fois pour ce superbe commentaires!
Que ceux à qui ça donne des idées ne se gènent pas :-)


tu hermano Vaquero 24/02/2008 20:42

En fait en 1968 plein de maisons était abandonnées aux Portes-en Ré (ou pas habitées et dans un triste état). Pas grand monde s'intéressait à l'ile à l'époque et c'était un terrain de jeux parfait. Pour l'absence d'eau courante, je crois que cela ne concernait pas toute l'ile, mais l'eau n'arrivait pas partout et les puits étaient utilisés. Je suis d'accord avec toi (avec nos copains les Péan) ont a vécu des trucs vraiment supers à l'époque.

Mahie 25/02/2008 08:34

Comme quoi je ne rêve pas ;-) Toi tu sais, tu étais déjà grand :-)

unejuliette0 21/02/2008 18:26

Rhooo, comme ça devait être chouette !! T'as vécut à la Rochelle ? J'ai vécu un an à Rochefort sur mer....

Mahie 21/02/2008 22:55

Bah j'y suis née et nous n'avons vendu la maison familiale que l'année dernière. Bye bye La Rochelle...

Candy Froggie 20/02/2008 23:37

tu as de la chance, je n'ai jamais connu l'ile de ré comme ça! On y a souvent été en bateau, booo, toujours la cohue là-bas!supers jolis tes souvenirs en tous cas, ça fait bien rêver :)

Mahie 21/02/2008 10:33

Oh oui ce n'étais pas la cohue aux portes à ce moment là... Bon il y avait beaucoup de monde dans les années 70' pour aller à Sablanceaux ou même à la Conche. Mais le Lisay ou Trousse chemise étaient de petits paradis ;-)