Desperate housewife

Publié le par Marie-A Bergez

Dans un épisode de Desperate housewives Linette simule un début d’enlèvement de ses jumeaux par un de ses collègues de bureau pour prouver à sa tendre moitié qu’il ne surveille pas assez ou pas assez bien leurs chers têtes blondes. Evidement il y a une semaine, j’ai trouvé ça complètement outré, exagéré,  américain. Et puis hier je suis allé à Monop… Comme presque tous les jours. Je m’étais tranquillement arrêté au rayon livres, ma chère tête blonde s’étant arrêté à 5 mètres de là au rayon Majorette. Il connaît la topographie des lieux depuis sa naissance. Quand j’entendis soudain dans le haut parleur : « Un petit garçon (là je dresse l’oreille) vêtu d’une parka de pluie (je dresse encore plus haut l’oreille) jaune (oh my god !) attend sa maman à l’accueil , bip, larsen, bzzz ». En me hâtant relativement sereinement vers l’accueil, je me demandais : 1) comment Thibaud, mon fils, celui en parka de pluie jaune, avait pu se déscotcher des petites voitures pour aller se perdre dans les rayons et finalement arriver éploré à l’accueil. Je me demandais aussi si il serait en pleures. Quand je suis arrivée à l’accueil (soit à l’autre bout du magasin quand même) Thibaud était tout guilleret avec son petit poireau (celui qu’il promenait depuis le rayon légumes) et ne paraissait nullement traumatisé. Une dame blonde et souriante était agenouillé à côté de lui, toute contente de me dire qu’il n’avait pas paniqué du tout. 2) Je me demandais pourquoi il aurait paniqué puisque je ne devais pas l’avoir perdu de vue plus d’une minute, moment pendant lequel la zélée vendeuse l’avait kidnappé pour l’emporter vélocement jusqu’à l’accueil. Elle me dit qu’elle l’avait trouvé tout seul au rayon jouets et que donc, comme il était perdu, elle avait préféré le ramener as soon as possible à l’accueil. Bien. Mon enfant a donc été kidnappé en un espace de temps très réduit et sans opposer aucune résistance. Hum. Merci madame, c’est très gentil à vous. Je ne m’étais même pas aperçu qu’il n’était plus avec moi, encore merci vraiment, au revoir. Là dessus je retourne avec mon Titi au rayon Majorette, lieu de l’enlèvement. En chemin je me demande comment mon Titi, à 5 mètres de moi, a pu suivre gentiment une dame blonde et souriante (et rassurante) jusqu’à l’autre bout du magasin, ceci sans hurler « maman au secours ! » (Ce qu’il fait 10 fois par jours sans aucune raison), ceci sans s’accrocher à une peluche de Dora, ni pleurer désespérément à l’idée de repartir sans le playmo motard. J’aurais du faire la moral à Titi pour lui expliquer qu’avant de partir avec une dame blonde qui vous sourit il faut d’abord hurler « maman au secours ! » se débattre et griffer et viser les yeux. Je rigole mais en fait il va falloir qu’on ait une petite discussion. Il est trop confiant, voilà. Bon et puis ne plus le perdre des yeux, du tout. Parce que… et si la dame blonde et souriante avait été un psychopathe en mal d’enfant, hein ? Eh oui… Ce matin une aimable grand-mère a donné la main à Titi pour l’aider à monter les marches place du marché, et voilà que ça recommençait ! Titi tout confiant aurait été jusqu’au bout de la ville avec cette accorte septuagénaire. Misère, misère, misère !

Publié dans Mahie

Commenter cet article

Elisabeth 24/02/2006 13:51

T'inquiète pas, après 12 ans, y'a plus de problème...