Vous devez être bien étonné, docteur, de me voir ici.*

Publié le par Mahie

Avant de partir de chez mes parents, c'est-à-dire avant mon bac, je n’avais pas de « médecin de famille ». J’avais eu un pédiatre, le Dr Cotoni, dont on parlait comme d’une légende, mais dont je ne me rappelle pas.

Bien que ma mère soit petite-fille de médecin (voir ce qu’en dit ma grand-mère) , elle ne les aimait pas. Les seuls médecins que nous voyions quand il n’y avait vraiment pas le choix étaient des copains de rugby de mon père. J’ai vu un toubib une fois à la maison quand j’ai eu la rougeole et une fois ou deux quand j’avais très mal au dos, à ma demande insistante, quand j’étais ado, c’est là que j’ai commencé à voir des kinés.

Papa qui avait des problèmes de santé parfois voyait ses amis médecins de l’hôpital.

Maman, je suppose qu’elle évitait simplement d’être malade ou de « s’écouter ». Elle se soignait et nous soignait à la Solutricine et à l’aspirine UPSA effervescente et aux pastilles de Luchon. Parfois elle devait bien en voir un de toubib car elle revenait avec des médocs qu’elle ne voulait pas prendre. Notre médecin c’était la pharmacie du coin.

En revanche nous avions un dentiste ! Il avait une salle d’attente très design avec des chaises Knoll. J’ai un peu trop fréquenté son cabinet à mon gout avant l’âge de 10 ans. J’ai même essayé de m’échapper une fois où maman avait cru « mieux » de me laisser seule avec lui. Elle est revenue quand elle m’a entendu hurler et là elle m’a vu courir autour du fauteuil pour pas qu’IL m’attrape. Je l’aimais pas beaucoup celui-là. Je n’aimais surtout pas « la dentisterie » de cette époque. Maintenant j’aime beaucoup les dentistes, je m’y endors presque tellement c’est confortable et zen.

 

Ce n’est qu’en arrivant à Bordeaux pour la fac, livrée à moi-même d’une certaine façon, que j’ai commencé à fréquenter les toubibs. Il a fallu commencer par le dentiste que j’avais un peu trop fui depuis ce gros vieux monsieur qui avait des chaises Knoll dans sa salle d’attente...

Le Docteur Pannier, dentiste près de la Victoire, était la douceur même, ses mains blondes et fines ne faisaient jamais mal. Il était bavard comme s’il ne parlait jamais à personne, alors qu’en fait il parlait tout le temps. Je prenais toujours rdv à la première heure (7h30 du matin) afin d’être certaine de ne pas attendre. Bien souvent je m’endormais à moitié sur son confortable fauteuil tellement j’avais confiance en ses yeux bleus, en ses douces mains.

A Dublin j’en ai vu un, une fois, pas terrible, qui adorait les médecins français en général et les dentistes français en particulier.

A Saint-Ger j’avais une dentiste charmante, blonde, jeune et jolie qui écoutait France-Inter. Je la regrette. Depuis que je suis ici, je ne me suis pas décidée à aller chez le dentiste. Que celui ou celle qui a un dentiste de rêve à Pau me dise son nom !

 

Le premier gynécologue que j’ai vu  était un homme proche de la retraite qui avait une barbe blanche et de longs cheveux en catogan, dans le vieux Bordeaux. Son cabinet était poussiéreux et les fenêtres encadrées de lourds et antiques rideaux de velours grenat. Il y avait là tellement d’œuvres d’art dans son cabinet que l’on se serait cru dans un dessin de Sempé. Il était très humain, très soixante-huitard et j’ai beaucoup regretté qu’il prenne rapidement sa retraite. J’ai eu 3 ou 4 autres gynéco femmes dont je n’aurai rien à dire mis à part qu’elles n’étaient pas très drôles.  Je n’en ai vu ni en Espagne, ni en Irlande. J’en connais une à Paris que j’ai bien aimé parce qu’elle me faisait rire au moment M et que ça c’était beaucoup plus détendant que le traditionnel « détendez-vous ! »

Et puis vint ma première grossesse et l’apparition des gynéco de manière quasi permanente dans ma vie. Mais j’ai déjà parlé du sympathique Goldmuche et de l’autre d’avant qui aurait mieux fait de se taire quand il a nous a déclaré la bouche en cœur que ma deuxième grossesse se présentait très bien après m’avoir dit 15 jours avant que ça se présentait très mal. Mais ceci est une autre histoire et je n’ai pas vraiment envie d’en parler. A Pau je vais chez une dame que j’aime bien, très douce et pleine ampathie.

 

Les ophtalmos me laissent de manière générale assez froide. On les voit rarement. Ils n’annoncent jamais rien de perturbant, ne soignent pas non plus, ne font pas mal… Se contente juste de dire quel genre de lunettes il faut porter. Ils laissent indifférente.

 

Les kinés ne sont pas des médecins, mais comme j’en ai vu quand même pas mal pour cause de dos tordus ou de jambe gauche un peu folle (oui je sais, ça se voit pas) j’en parlerai quand même. Les kiné sont sont parfois rigolos ou mignon. J’en ai eu un à Bordeaux que j’avais souvent croisé au RU quelques années avant et qui était plutôt pas mal dans le genre brun ténébreux mais qui abusait tellement de déo ou de parfum que j’ai finit par le laisser tomber. Alors ma généraliste m’a conseillé de changer de matelas et de sommier, de ne plus porter de courses trop lourdes et tout a commencé à aller mieux jusqu’au jour (bien des années plus tard) où j’ai commencé à porter Titi dans son BabyBjorn sur 4 étage… Là j’ai fait connaissance d’un autre kiné très croquignolet, du même âge que moi qui était franchement rigolo et avait toujours une conversation fantaisiste, je le regrette !

 

Tout ça pour en arriver aux généralistes. Je crois que nous en sommes là ? Je n’ai oublié personne ? Ma première généraliste bordelaise était rue du Pas Saint-Georges (elle y est toujours) c’est une sainte, j’adore cette femme, c’est « un médecin de famille » qui sait prendre beaucoup de temps pour ses patients, a une mémoire d’éléphant, je la trouve fantastique. Quand j’ai déboulé chez elle après bien 4 ou 5 ans d’absence (Madrid-Dublin) elle se rappelait de mon nom et de toutes les raisons pour lesquels je l’avais vu. Je n’avais pas pris rdv et elle n’avait ni fiche, ni ordi devant elle. J’y retournerais demain si je retournais à Bordeaux (Fabrice si tu me lis...) Mais à un moment où je n’avais vraiment pas envie d’avoir d’enfant avec mon compagnon de l’époque elle m’a un peu gonflé avec son « Un désir d’enfant ? » à chaque fois que je venais pour mes problèmes de dos et finalement je suis allée voir une jeune femme rue Ausone qui n’était pas spécialement sympa mais super compétente et m’a sauvé la vie à coup de petites piqures dans le dos un jour où j’avais vraiment super mal.

 

A Madrid je ne me suis pas posé beaucoup de questions : mon premier  copain était médecin, fonctionnaire, médecin de métro. C’était pratique. De toute façon je n’étais jamais malade. Et puis quand nous nous sommes quittés nous sommes resté très amis (disons qu’il y a eu de nombreuses rechutes) alors je n’ai jamais eu à me préoccuper de trouver un médecin pendant mes années madrilènes. Pour les spécialistes je préférais profiter de mes vacances en France. J’ai eu aussi un petit copain allemand qui était médecin, très sympa et bio. Il détestait les antibiotiques et les médecins espagnols et m’a soigné d’une horrible bronchite (enfin je crois) en me mettant la tête sous un torchon dans des vapeurs d’eucalyptus.

 

Enfin à St-Ger nous avons eu un pédiatre pour Titi, très vieux, très compétent et perdant un peu la boule. Alors nous sommes passés très vite au Bon Docteur T. généraliste. Nous adorions le Bon Dr T. D’abord parce qu’il était super sympa et amusant et ensuite parce qu’on était tellement souvent fourré chez lui que c’était presque devenu un copain, il me faisait un peu penser à mon frère. Thibaud était déjà maladou avec une cadence de métronome et moi, et bien moi aussi je l’ai pas mal vu après la mort de ma mère et la perte du petit être qui était en moi, qui était bien petit, certes mais avait déjà commencé à m’arrondir le ventre… J’ai eu alors bien besoin de mon bon Dr T pour aller m’effondrer dans son fauteuil de cuir…

Les jours où il était en vacances nous allions voir le Dr U. Il était chouette. Il avait pour les enfants un stéthoscope avec un Marsupilami. Il était allemand et pas trop porté sur les médocs et les vaccins mais était toujours prêt à prescrire ce qu’on lui demandait, en dehors des arrêts maladies, ça va de soi.

 

Depuis que nous sommes ici nous avons vu 2 ou 3 toubibs avant d’adopter le Dr Petit que nous avons vu cet aprem pour Thibaud. Il est originaire du nord, a un bon visage sympathique et sourit tout le temps. Il est jovial, prend son temps, et comprend bien des choses qui ne sont pas forcément dites, c’est un gars intelligent et drôle. Que des qualités. Je l’aime presque autant que le Bon Dr T. Presque, parce qu’ « autant » c’est pour l’instant impossible. Chez le Dr T je me sentais quasiment chez moi, c’était d’ailleurs à 2 minutes à pied. Bien pratique. Bien sûr j’ai vu quelques autres généralistes qui ne comptent pas, qui n’ont pas été choisis finalement. Il faut qu’il y ait un courant qui passe, un petit déclic qui se fasse.

 

Oh tiens j’allais oublier de parler des excentriques : une gynéco d’au moins 80 ans que j’avais vu à Bordeaux une fois. Une généraliste francophone d’au moins 90 ans que j’avais vu à Dublin : une expérience vraiment unique qui mériterait un post entier… Un SOS médecin à Bordeaux qui me croyait malade de je ne sais qu’elle MST alors que j’étais aussi pure qu’une colombe… Une toubib irlandaise qui m’avait fait une prise de sang et m’avait provoqué un hématome qui allait pratiquement du poignet à l’épaule…

 

J’allais oublier les échographes-obstétriciens et les radiologues qui sont pour moi l’opposé complet des ophtalmologues. On ne va les voir qu’avec angoisse, il vous foutent parfois une trouille d’enfer pour rien, et parfois ils sont les pires messagers. Je suis quand même heureuse qu’ils soient là d’autant plus que je dois les voir une fois par an.

 

Voilà c’était mon petit tour des toubibs. Je n’ai pas parlé du Dr Ross que j’adore plus que tout et qui m’a discrètement envoyé ses meilleurs vœux pour 2009, par mail… Oh, vous pouvez croire que c’est pas vrai, que je le connais pas et qu’en plus il existe pas.  Ben c’est pas vrai, je l’ai rencontré, moi. Et Drake Ramore aussi, ne vous en déplaise ! Drake est super sympa aussi. Et en plus il fait les transplantations de cerveaux comme pas un! Ca c’est pour tester votre culture :-p

Allez je sais que ce post est vraiment trop long, mais je m’en fiche un peu quand même, ça fait longtemps que j’avais envie de le faire.

 

Comme vous avez été assez courageux de me lire jusqu'ici voilà une petite vidéo culte de ma série culte :-p

 

Pour ceux qui ne connaissent pas l'épisode par coeur, Monica et Rachel se font passer l'une pour l'autre pour une raison de sécu ou de mutuel que Rachel n'a pas. Ce qui explique leur comportement étrange.




* Jules ROMAINS
"Knock, ou le triomphe de la médecine, Acte II, Scène V". Mon meilleur (et seul) rôle, joué au club de théatre de mon colllège. Je connais encore la scène "presque" par coeur ;-) Enfin j'aimerais bien ;-)

Publié dans Mahie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elisabeth 14/01/2009 23:37

Voilà, il m'en a fallu du temps pour savoir que nous fréquentions le même gynécologue il y a 20 ans... Ben ça doit être qu'on ne papote pas assez... J'ai beau chercher, le gynéco aux blancs cheveux longs devant ses rideaux rouges de théâtre, je ne me rappelle pas de son nom. Pourtant, je le garde au chaud dans le rayon souvenirs de Bordeaux...

Mahie 15/01/2009 08:57


Moi non plus aucune idée de son nom...


Jennifer 14/01/2009 22:08

Un de ses 4 je ferais un commentaire sur ma super toubib Bénédicte Poirot, méga dynamique (et des autres aussi... ça fait longtemps que j'ai envie en plus. Par contre, je parlerai pas des kinés qui pour moi ne se range pas avec les médecins (pour moi c'est différents)

Mahie 14/01/2009 22:55


ah ben oui, évidemment c'est différent, mais y'en a des mignons quand même! :-p


vero81 11/01/2009 17:19

no me digas, Mahie!
Tu as pas travailler à la BRED, avenue du general de gaulle?
Non c'est juste que j'ai habité l'immeuble d'en face de debut 1998 à fin 2005, je sais pas si on aurait pu se croiser...
Le kiné gratos, de même que le doc étaient près de la place de l'echat, en face du siege d'une boite qui fabriquait de l'optique...

Mahie 11/01/2009 17:33


Pero si, mujer, te digo que si!
J'y ai travaillé  en 2002 et 2003. Ca me faisait loin depuis St-Ger-city en RER et métro! Pfiou! Je peux te dire que j'avais une sacrée forme pour rendre le trajet le plus court possible je
courais comme une dingue aux changements!!! Surtout quand j'avais Thibaud en nourrice! 
ST-Ger/Gare de Lyon : course folle > Reuilly-Diderot> course folle> Créteil L'Echat!
Mais de Créteil je ne connait que la station de métro Créteil-L'Echat et aussi le gros centre commercial en bout de ligne ou je suis allée quelques fois après le boulot ;-) Voili, voilou!


vero81 11/01/2009 10:08

Moi aussi j'en connais un rayon en kiné à cause de mon dos en colimaçon... il y a eu les austères Mezières, les farfelus, les un peu osthéopathe, et puis une fois à Creteil un kiné nordiste très moche qui n'a jamais voulu que je lui paye mes 10 séances parce que ça lui avait fait plaisir de parler de Lens avec moi;
En gyneco même si d'emblée j'aurais plus fait confiance à une femme pour ses partie de mon intimité, à l'usage j'ai toujours préféré les hommes.
Depuis que je suis revenue à Albi, j'ai retrouvé mon gynéco que j'adore, d'une douceur et d'une prevenance (ça se dit?) enorme. Du coup ben sur le cop du sterilet, j'ai pas trop pu t'aider, moi qui n'est rien senti et en est presque été surprise tellement il m'avait prévenu, dit de prendre un spasfon avant (le seul que j'ai pris du coup!).
Les docs ça fait partie des repères qu'on se fait quand on débarque qq part, c'est chouette de trouver les bons, pénible quand on tatonne (essayé tout les gynécos de creteil et pas trouvé un/une qui me convienne et à un tarif décent).
Enfin, ravie que ça soit rentrée dans l'ordre ton souci...
Bon et finalement, bien fait de l'annuler ce petit week end en amoureux puisque l'homme est malade (c'était donc pas si psychologique que ça alors pour le Titi...)

Mahie 11/01/2009 11:04


Tiens j'avais oublié j'ai aussi vu un ostéo assez original, mais il m'a pas débloqué du tout...
Bah, bien que la gynéco ait dit l'autre jour que le stérilet était parfaitement en place et que tout était parfait : en fin de journée j'ai toujours une grosse fatigue dans l'abdomen qui me fait
penser à quand j'étais prête d'accoucher. Etrange. Je vais attendre, mais je suis sûre de retourner la voir binetôt! Ou alors je prends un billet pour Paris et je vais voir mon gynéco chouchou :D
!!!
Ouais Titi va mieux, mais Fab fait la même tronche que Titi l'autre soir :-D Il doit avoir peur que je parte lui aussi ;-)
Pour la petite histoire : j'ai bossé à Créteil au siège de la Banque Pop, mais je n'y ai pas fréquenté de toubib :-)