L'élégance du Hérisson m'a enlacé, finalement

Publié le par Mahie

Alors que les 100 (voir les 140)  premières pages du Hérisson m'avaient glacé, pratiquement horripilé ; mais est-ce que "horripilé" ne me fait pas trop ressembler à ma mère? Zut, je me mets à parler comme dans le Hérisson!
Bon, et bien oui, il faut bien l'avouer à partir de la mort du vieux Arthens (et là je ne révèle rien de "capital") "l'élégance" du livre est apparue comme un pur délice... Je me suis laissé promener avec le sourire dans cette deuxième partie. Et maintenant qu'il est finit, il va me manquer, Le Hérisson.
Enfin j'ai une bonne pile de bouquin sur ma table de nuit pour me consoler...
Alors je me demande :
Si vous rencontrez un mec et que vous le trouvez laid, pédant, incroyablement saoulant  pendant 15 jours et puis qu'un matin il vous sourit tendrement, vous prend la main et vous parle avec sagesse et sensibilité en vous regardant droit dans les yeux... Alors? Alors qu'allez-vous penser? Que c'est un con mais que finalement il n'est pas si bête? Ou bien, allez-vous penser que c'est l'être le plus charmant du monde et que vous vous étiez bien trompé à son sujet?
Voilà la question que je me pose au sujet de ce livre que j'ai finit par, beaucoup, aimer... après en avoir pensé pis que pendre! N'est-ce pas curieux?
Je me fais une joie de la ramener demain à la bib et de rediscuter le bout de gras avec ma bibliothécaire.
En attendant je vous pose la question, les questions :
Vous est-il parfois arrivé de voir dans une vitrine une robe affreuse et le lendemain de ne plus la trouver si moche et même de vous en enticher complètement, de l'acheter et d'en faire votre robe favorite?
Vous est-il arriver de trouver un objet vraiment vilain et puis soudain de le trouver magnifique?
Vous est-il arriver de trouver un homme/une femme complètement pas votre genre et finalement en être gaga?
Vous est-il arrivé de changer d'avis du tout au tout sur quelque chose?

Publié dans Mon livre de chevet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tu hermano Vaquero 21/01/2009 21:21

Je suis d'accord avec toi, la première partie n'est pas à la hauteur de la seconde qui accroche vraiment, même si la fin est un peu déroutante (sans trahir). Un autre livre (que m'a conseillé Hélène) qui par contre ma accroché dès le début avec un univers un peu similaire et que j'ai adoré c'est "No et moi" de Delphine De Vigan (Hélène à adoré aussi mais un copain a trouvé cela un peu factice. mais moi j'ai vraiment marché) c'est l'histoire de la rencontre d'une surdoué avec une SDF, bien sur cela parle d'apprentissage et tout le tagada.

Mahie 21/01/2009 21:30


On va voir si on trouve ça en bibliothèque ;-)


marine 12/01/2009 12:48

Mais ce Hérisson, as-tu essayé d'en relire le début pour voir si maintenant que tu vois toute l'ampleur du livre, tu l'appréciais ? Peut-que tu ne seras pas plus indulgente pour ces pages qui t'ont hérissé le poil...
Celà m'arrive régulièrement, maintenant, d'abandonner un livre auquel je n'arrive pas à m'accrocher. C'est probablement dû à la fréquentation d'une bibliothèque qui ouvre la porte à tant de choix...

Mahie 12/01/2009 13:09


A la lumière de la deuxième partie, la première partie prend plus de relief, va-t-on dire... Même si certains passage restent complètement imbitable. Tout prend plus de sens... De contraste...
Mais c'est difficile de conseiller un livre en disant : "tu vas te faire ch...jusqu'à la page 140 et après au contraire tu vas adorer". C'est un peu étrange...
Normalement j'essaie toujours de finir les bouquins que j'emprunte. Mais quand ça tombe des mains, y'a rien à faire  :-)
Grosses bises et bonne année à toi :-)


vero81 11/01/2009 23:18

pour la question de la fin du post, la réponse est OUI, je suis mariée avec depuis 7 ans, lui qui m'ennuyait à mourir, à qui je ne trouvais aucune conversation, lui dont j'avais accepté le rencart juste parce que j'étais raide de son frère...
Dans le même style, je n'aurais jamais cru possible que je reste à la maison m'occuper des enfants, je me disais qu'elles devaient s'ennuyer, que ce devait être assez déprimant de pas avoir de "vrai métier"; par la force des choses, je suis passée de ce côté de la barrière, bon j'aimerais bien retravailler mais je ne regrette pas une secondes ces années passées pour et avec mes hommes!

Mahie 12/01/2009 11:14


Comme quoi, hein ;-)


vero81 11/01/2009 23:09

petard mais en fait on est soeur Mahie! Ma mère aussi aimait me dire "tu m'horripiles". Ce mot était mystérieux, presque magique pour moi quand j'étais petite; je me suis longtemps demandée ce que ça voulait dire; j'étais partagée entre lui donner un sens mauvais, vu le ton de ma mère et la sonnorité amusante, un peu comme "Marsupilami", un peu onomatopée...
Bon ben je vais lire la suite de ton post maintenant!

Mahie 12/01/2009 08:15


Ca doit être une question de génération ;-) Y'a plein de mots comme ça qui sont un peu tombé en désuétude : mon père disait toujours "extraordinaire", ou bien des mots comme "épatant" qui est très
"vieilli". Quand à ma grand mère qui était née en 1899 elle utilisait carrément certains mots dans un autre sens que nous. Elle "jouissait" de notre présence, par exemple, ce qui faisait toujours
rire les niaises ados que nous étions avec mes cousines... Mais plein d'autres mots pouvaient être utilisé différemment aussi comme "serrer ses affaires" ou "barrer la porte"...