Le "piropo" donne le sourire et embellit la journée.

Publié le par Mahie

Quand je suis arrivée à Madrid j'avais 23 ans. J'ai découvert une ville à 667 mètres d'altitude où le ciel était le plus souvent d'un bleu clair et limpide d'une transparence légère et heureuse, où le chant des hirondelles étaient une douce musique, le bruissement des branches d'acacias sur la Castellana ajoutait à la douceur de journées heureuses... Tout le monde semblait participer à cette douceur de vivre, les commerçants de la rue où j'habitais qui après seulement quelques semaines me saluaient sur le pas de leur commerce quand je partais à l'aube vers ma station de métro... Mon concierge qui avait toujours un mot gentil quand je dévalais les escaliers, toujours un peu en retard... "Tia buena!"
Une chose qui rend la vie belle à Madrid c'est que personne n'est avare de compliments, ni d'humour... Amis filles ou garçons te complimentent toujours, t'appellent "Guapa!" (Belle), "Guapissima" sans que cela n'est d'autre but que d'être agréable.
Tu croise donc un ami et lui dit "Hola guapo! Como estas?" (Salut mon beau, comment ça va!").
Si tu es d'humeur plus rieuse et que sans t'arrêter tu croise un ami tu lui glissera de loin  un "tio bueno!" (Hé beau gosse!" sans conséquence qui lui mettra le sourire aux lèvres pour un moment. Le "Tia buena!" pourra être proféré par un ouvrier... Avec accompagnement de sifflements et dans mon cas : "Rrrrrrubia!" (blonde!) Je n'ai jamais été blonde (enfin à cette époque) mais pour les espagnols, je l'étais à cause de ma peau blanche et de mes yeux bleus.
Et puis plus élaboré que tout ça il y a le "piropo" :
Le Larousse bilingue nous dit " Familier. Compliment, galanterie [surtout dans la rue]. Dire des galanteries, lancer des compliments."
Le real Academia nous dit : "Lisonja, requiebro" c-a-d : flatterie, propos galant".
Les "piropos" peuvent donc être lancés par un inconnu dans la rue, un garçon qui voudrait bien être peu plus qu'un copain ou même ton petit copain, voir ton mari.
Le "piropo" qui m'a fait le plus rire est... (et quand on me fait rire c'est déjà à moitié gagné, bon même si je crois que c'est mon "novio" de l'époque qui me l'avait dit) est...
"Por ti chata me haria pirata, no por el oro ni la plata sino por el tesoro que tienes entre pata y pata!"
Ca surprend et c'est rigolo :-)
Que je traduirais par : "Pour toi ma belle je deviendrais pirate, par pour l'or ou l'argent mais pour le trésor que tu a entre les jambes"
Bon d'accord! C'est un peu "olé, olé" mais dans un chouette contexte et dis avec un bon sourire, ça fait bien rire.
"Quisiera ser chocolate para derretirme en tu boca." : "Je voudrais être du chocolat pour fondre dans ta bouche " Hum hum, celui-là.
"Estas buena como el pan!" "Tu es bonne comme le pain!" Sympa.
Bien sûr il y en de beaucoup plus romantique...
"Déjame que me ahogue en el lago de tus ojos!" "Laisse moi me noyer dans le lac de tes yeux" C'est moins rentre-dedans, mais moins rigolo aussi...
"Bienaventurados los borrachos, porque ellos te verán dos veces." "Heureux les ivrognes car ils te voient en double"... Un peu con-con...
Bon, bon. Certain(e)s considèrent les "piropos" comme une expression du machisme ibérique, moi ils m'ont toujours fait rire et éclairés ma journée... Et puis comme on dit, c'est quand on ne vous en dit plus que ça devient tristouille... (A propos du machisme, je trouve le phallocratisme britanique beaucoup plus insultant pour les femmes)
C'est la plus part du temps dit avec humour et bonne humeur, par les copains... Mais parfois ça peut aussi être très "vulgaire"... par les ouvriers sur les chantiers.... Mais quand même super rigolo et appréciable :-)
Bien, je sais que tout monde n'est pas "hispano-hablante" sur mon blog, je sais... Et j'en suis bien désolée ça serait plus pratique.
Voilà donc Anabel Alonso :-) qui vient de passer devant un chantier et nous fait un petit topo sur ce que lui ont dit les ouvriers. :-))) et sur le piropos en général.

Allez petit cours d'espagnol, on se concentre! Ou on écoute seulement la musique de la langue!


Publié dans Espagne

Commenter cet article

virginie 20/02/2009 13:15

et est-ce que ces piropos sont aussi pour des femmes plus âgées ou que pour des jeunes?
en tout cas,on a beau dire ça flatte quand même l'égo quand on nous remarque mais bon c'est moins fréquent avec les années qui passent d'où ma question...:)

Mahie 20/02/2009 14:04


Bah je ne suis pas allée à Madrid depuis très longtemps alors je ne saurais te répondre. Mais je crois que c'est plutôt pour les belles plantes que pour les femmes
mures, à moins qu'elles soient très avenantes ;-)


vero81 19/02/2009 22:31

Moi j'avais 20 ans pendant mon séjour en Espagne, enfin non en Catalogne! Par contre à ce niveau là, c'était bien différent : je déplore que l'on ne m'ait pas adressé un seul piropo de cette année là, pourtant j'étais pas d'une laideur repoussante il me semble; bon j'étais pas non plus très exotique vu que je n'ai jamais vu autant de vrais roux que dans cette universitat!
Petard, pourtant je n'attendais que ça, me trouver un gars de là bas pour ne plus jamais rentrer... Parce qu'à part la timidité-discrétion un poil empotée des catalans, qu'est ce que j'aurais aimé rester (mais bon meme pas cap de me trouver un boulot alors un novio...)
Mais ils sont vraiment très à part là bas : ils ne draguent pas, ils sont amicaux; les quelques couples que j'ai connu, on aurait dit qu'ils étaient ensemble depuis tellement longtemps qu'ils ne se regardaient plus et qu'aucun signe amoureux ne transparassait.
Enfin, heureusement que la marchande de mon étal préféré de la Boqueria me disait une fois par semaine "?Qué màs ? GUAPA". Depuis, je dis souvent "ma belle" à mes cops, c'est que ça m'a marqué cette année de sevrage de compliments même intéréssés, faux culs, ou autre...
Moi je trouve que rien ne vaut l'Italie pour se regonfler un ego... mais je dois avouer que je ne connais pas Madrid!
Sympa le sketche, j'aime fermer les yeux et me laisser bercer par cette langue... et me croire un peu là bas

Mahie 20/02/2009 09:17


Ah ben tu vois les catalans côté piropos ne sont pas comme les madrilènes. J'ai souvent constaté, en effet, que les catalans sont beaucoup plus "sérieux", moins
dragueurs et disent moins de "bêtises" que les castillans ;-)
J'ai été étonnée à Madrid aussi y'avait pas mal de roux!
A  Madrid côté piropos j'étais vraiment hyper gâté lol! Entre 23 et 27 ans, rubia (châtain, mais bon) aux yeux bleus, la peau hyper pâle, j'avais beaucoup de succès :-D
Par contre en vacances à Barcelone à la même époque : nada!


juliette 19/02/2009 14:17

J'ADORE! merci!!
j'adore cette "musique" de la langue espagnole.
J'ai adoré vivre à Madrid...le froid de l'hiver avec ce beau ciel bleu! Je ne savais pas que ça s'appelait "piropo" les compliments...mais je trouvais ça super enthousiasmant, et super agréable! et moi j'aimais bien ceux des ouvriers! peut-être un peu "salasses" mais souvent bien imagés,et toujours dits avec un beau sourire!!!

Mahie 19/02/2009 14:35


Dis donc franchement on aurait bien fait de s'assoir autour d'un café pour papoter de temps en temps! Tu y étais en quelle année à Madrid? Dans quel quartier? Ah ben
oui les piropos des ouvriers ils sont parfois un peu too much mais quand on les entend plus... C'est encore moins drôle ;-) Et c'est vrai : c'est toujours dit en riant :-) et avec bonne humeur! Ou
presque toujours...


Jenny 19/02/2009 11:25

Je n'ai pas tout compris mais j'ai bien ri. Je ne connaissais pas le piropo mais c'est vrai que de se faire appeler guapa ou guapissima, c'est sympa pour le moral.

Quant aux sonorités de l'espagnol... je suis toujours sous le charme (d'où mes mésaventures argentines).

Mahie 19/02/2009 12:20


:-) Tant mieux! Je me rends bien compte qu'elle est difficile à suivre mais elle est vraiment drôle :-)))